Document sans titre

MIYAJIMA
retour à la carte

Miyajima est reconnu comme étant l’un des trois plus beaux paysages du Japon (Nihon San Kei), avec Ama no Hashidate, et Matsushima. Il s’agit d’une île sanctuaire, située à tout juste quelques kilomètres et une poignée de minutes de Hiroshima. Basé aux pieds du Mont Misen (dont le sommet est accessible et qui offre une vue sur toute la mer intérieure), le sanctuaire flottant (ITSUKISHIMA JINJA), construit sur pilotis et isolé à marée haute, constitue en effet une véritable splendeur d’architecture lovée au coeur d’une nature préservée.

Le premier sanctuaire, édifié au VIème siècle, était dévoué à un culte shintô primitif, dont les lois paraissent aujourd’hui très archaïques : il était en effet interdit, à l’époque, de naître ou de mourir sur l’île. Ces événements auraient été susceptibles de souiller les lieux.
Depuis les choses ont heureusement évolué, et l’île en a d’ailleurs profité pour faire peau neuve : l’ensemble des bâtiments date de 1874, et depuis peu un téléphérique a été installé.

On accède à l’île sanctuaire par un ferry. La traversée est gratuite si vous disposez d’un Japan Rail Pass


Le fameux Torii vermillon aux pieds dans l’eau, annonçant le sanctuaire. Dressé en 1875, il demeure l’un des visages les plus connus du pays.





Le ITSUKUSHIMA JINJA, sanctuaire naviguant nonchalamment entre la forêt et l’eau, entre le ciel et la terre. Un autre monde, assurément...



La lente ascension du Mont MISEN commence. En plein été, cette ascension peut s’avérer pénible, la chaleur devenant très vite insupportable pour qui ne dispose pas d’une bonne condition physique. Beaucoup de personnes préfèrent en effet accéder au sommet en empruntant le téléphérique.



Une marche féerique au sein d’une forêt encore sauvage. Loin du bruit, des néons mais surtout des touristes, au milieu de ces arbres et de ces quelques temples placés ça et là…comme une petite idée de l’éternité.

A mis chemin, on peut apercevoir l’étincelant Torii,
au milieu des eaux.

Un parcours pénible mais enchanteur
Le plateau, situé à presque 600 mètres de hauteur. On nous annonce la présence de singes et de daims, mais je n’ai rien vu. Sans doute se protégeaient-ils de la chaleur, eux…
Vue sur la mer intérieure depuis le sommet. Hélas, les nuages dissimulent bien souvent le panorama. La mer s’ouvre à l’Est et à l’Ouest sur le Pacifique. Au Nord-ouest elle rejoint la mer du Japon.

Descente en téléphérique. C’est à ce moment là que j’ai réalisé que j’avais finalement parcouru un sacré petit bout de chemin.

retour à la carte